Avant-Garde Pitchfork 2017, le débrief

sorti des tuyaux le 4 novembre 2017


Plus que quelques heures avant la fin de cette 7ème édition du Pitchfork Music Festival qui, encore une fois, nous a promis un sacré marathon musical organisé en deux temps : l’Avant-Garde et le Main Event. Avant de te dévoiler nos favoris de la Grande Halle de La Villette place à nos coups de cœur de mardi et mercredi !

 

pag

 

C’est en effet à présent sur deux jours que Super Mon Amour ! et la webzine américaine Pitchfork ont décidé de teaser leur festival en proposant l’Avant-Garde au cœur de Bastille, en d’autres mots deux soirées consacrées aux petits nouveaux !  A l’instar de l’édition précédente, cette mise en bouche itinérante s’est déroulée dans 7 salles du quartier, chacune d’entre elles offrant chaque soir 3 concerts…. (7×3) x 2 = 42 ! Inutile de te préciser qu’une préparation en amont était nécessaire et c’est donc en compagnie de la photographe Michela Cuccagna et de mon best buddy Mathieu de From Nowhere With Love que j’ai élaboré un plan d’attaque !

 

 

Mardi 

Début de journée sur les chapeaux de roues avec 3 interviews programmées en cette première journée ! Si Rostam nous a accueilli en début d’après-midi dans son hôtel, c’est au pas de course que nous avons dû ensuite enchainer celles de (Sandy) Alex G et Puma Blue. C’est d’ailleurs avec ce dernier que nous choisissons d’entamer notre marathon. Noyée d’une lumière tamisée bleue, la salle du Supersonic était l’écrin idéal pour accueillir les compositions mélancoliques et sexy du Londonien. Puma Blue, de son vrai nom Jacob Allen, donnait ce soir son premier concert en Europe et le moins que l’on puisse dire est que le jeune britannique nous a fait forte impression ! Son manager nous a chuchoté la date de son prochain concert…

 

Puma Blue au Pitchfork Paris avant garde au Supersonic

Puma Blue au Pitchfork Paris avant garde au Supersonic

Puma Blue au Pitchfork Paris avant garde au Supersonic

Puma Blue au Pitchfork Paris avant garde au Supersonic

 

Pas le temps de s’extasier (si, un peu quand même…), c’est dans un Café de la Danse archiplein que nous avons réussi à nous faufiler pour faire les yeux doux à l’Américain (Sandy) Alex G. Un quart de siècle et déjà 7 albums à son actif dont le dernier Rocket sorti ce printemps via Domino Records, Alexander Giannascoli ne chôme pas ! Bien loin des surproductions actuelles, son rock indé DIY est une bouffée d’air frais fort séduisante !

 

( Sandy ) Alex G au Pitchfork Paris avant garde au Café de la danse

( Sandy ) Alex G au Pitchfork Paris avant garde au Café de la danse

 

Une publication partagée par Sophie (@sophiemazar) le

 

Direction ensuite le Pan Piper, une bonne vingtaine de minutes de marche pour l’une des salles les plus excentrées de la programmation mais un effort largement récompensé par la prestation impeccable de Malca. Le Marocain confirme ainsi l’excellente impression que j’avais eue lors de sa release party au Silencio. Son dynamisme et sa pop orientale ne devraient pas rester inconnus très longtemps !

 

Une publication partagée par Sophie (@sophiemazar) le

 

Avant Garde Pitchfork Music Festival in Paris

Avant Garde Pitchfork Music Festival in Paris

 

C’est finalement sur le set du duo électro français You Man que s’est terminée cette première journée. On se serait bien trémoussés toute la nuit mais la semaine s’annonce longue, TRÈS longue !

 

You Man au Pitchfork avant garde au Pan Piper

You Man au Pitchfork avant garde au Pan Piper

 

 

 

 

Mercredi

hundred waters

C’est par une petite interview que nous débutons encore une fois la journée.  Avant de les retrouver plus tard dans la soirée,  nous avons donc fait la connaissance des membres d’Hundred Waters dans le boudoir cosy du Badaboum.

Sourire vissé aux lèvres, mise en scène classieuse et quatuor à cordes, Rostam a gâté le public du Café de la Danse pour son premier concert outre-Atlantique. Sorti mi-septembre via Warner/Nonesuch Records, Half Light m’avait déjà conquise par sa délicatesse et son aspect (p)optimiste et c’est donc en toute logique que les perles du premier album de l’Américain scintillent ce soir. Bien qu’habitué à un public plus conséquent avec son ancien groupe Vampire Weekend, l’artiste d’origine iranienne ne boude pas son plaisir et nous offre même l’honneur de s’exprimer en français sur scène.

 

Rostam au Pitchfork Paris avant garde au Café de la danse

Rostam au Pitchfork Paris avant garde au Café de la danse

 

Une publication partagée par Sophie (@sophiemazar) le

 

Oubliée la pop joyeuse, place à la soul suave et sombre de Nick Hakim ! Mère chilienne, père péruvien mais c’est bien dans les racines de la musique américaine que le New-Yorkais puise son inspiration. Le chanteur à la voix de velours a littéralement envoûté le public du Café de la Danse avec les titres de son premier album, Green Twins, sorti en mai dernier.

 

Une publication partagée par Sophie (@sophiemazar) le

 

Dilemme de la soirée : le trio Wovoka Gentle ou l’Israélienne Noga Erez ? Soucieux de respecter une certaine parité (et probablement un poil fainéant sur les bords), nous avons finalement choisi de squatter la salle du 11ème pour un troisième concert consécutif et ainsi découvrir sur scène « la M.I.A. de Tel Aviv ». Une comparaison finalement très réductive si l’on se rappelle la prestation de l’Anglaise l’année dernière au même festival… Point de « fake attitude » chez la belle Noga qui nous a très vite embarqué dans son univers rap/electro/pop.

 

Une publication partagée par Sophie (@sophiemazar) le

 

Cette Avant-Garde ayant déjà eu une dose suffisante de testostérone, c’est au Badaboum que nous décidons de poursuivre la soirée avec l’Américaine Jamila Woods qui a déjà largement commencé son set. Difficile de rattraper le retard et de vraiment s’immerger dans sa soul engagée mais il semblerait que l’auteur d’HEAVN ait transcendé son public. Bien que caché derrière sa capuche, on y reconnait d’ailleurs le majestueux Moses Sumney que l’on retrouvera le lendemain et qui assistait ce soir au concert de son amie et de ses colocataires Hundred Waters. « I know you, right ? », lui aussi nous a plus ou moins reconnus !

 

Une publication partagée par Sophie (@sophiemazar) le

 

Finalement, c’est avec la voix hypnotique de la douce Nicole, chanteuse d’Hundred Waters, que nous avons conclu cette Avant-Garde 2017. Auteur de 3 albums dont le dernier en date, Communicating, sorti le mois dernier, le trio américain ne sont pas vraiment des newcomers et une place au Main Event aurait été légitime mais ce n’est finalement pas plus mal de pouvoir savourer leur électro organique en comité réduit !

 

Hundred waters au Pitchfork avant garde au Badaboom in Paris

Hundred waters au Pitchfork avant garde au Badaboom in Paris

 

🎶Wave To Anchor🎶 – @hundredwaters live at @badaboumparis for @pitchforkparis #hundredwaters #live #gig #paris #p4kparis #musicfestival

Une publication partagée par Sophie (@sophiemazar) le

 

Mes remerciements à Michela Cuccagna pour ses photos ainsi qu’à Pauline et Jean de La Cadence.

Connasse musicale