Eire musicale

sorti des tuyaux le 17 avril 2017


C’est avec un post 100 % irlandais que je te propose de commencer la semaine puisque deux joyaux de l’île d’Emeraude ont fait leur retour cette semaine : Villagers et Fionn Regan.

 

Commençons par Villagers qui, deux ans après le magnifique Darling Arithmetic, a dévoilé cette semaine Fortunate Child, le fruit de sa collaboration avec le compositeur Nico Muhly. Après avoir travaillé avec Björk, Grizzly Bear ou bien encore Anthony And The Johnsons, l’Américain s’est associé à Conor O’Brien, seul représentant irlandais du label Domino Records, pour une perle de folk atmosphérique. En 6 minutes, la délicatesse de la voix de l’Irlandais et son éternelle guitare se marient à la perfection avec les subtiles vagues électroniques du producteur pour culminer en un final saturé, le tout mis en images par le réalisateur irlandais Donal Dineen. Il n’y a donc plus qu’à espérer que cette collaboration se prolonge sur futur album, The Waves nous ayant déjà démontré que Villagers excelle tout autant en combinant folk et électro.

Notons également au passage que Conor O’Brien a doublement participé à l’excellente série d’HBO Big Little Lies puisqu’outre Nothing Arrived que l’on peut entendre dans le 5ème épisode, c’est l’Irlandais et non Adam Scott qui interprète la reprise de The Wonder of You d’Elvis dans le dernier épisode.

 

Passons à présent Fionn Regan, autre joyau irlandais à la carrière tout aussi prolifique (5 albums en 11 ans) mais au talent encore peu reconnu en France. Une erreur que nos voisins outre-manche et outre-Atlantique n’ont pas commise puisqu’à l’instar de son compatriote précédemment cité, Fionn Regan a été nommé au Mercury Prize et son titre Abascus a dernièrement été samplé par Bon Iver (00000 Million).

Il serait donc temps de découvrir Fionn Regan qui a dévoilé vendredi dernier The Meetings Of The Waters, son cinquième album et je ne saurais te proposer plus belle introduction que le titre d’ouverture, The Meetings Of The Waters.

Difficile de ne pas être littéralement bercé par le tempo régulier de la batterie et de la guitare et le chant élégant de l’Irlandais auxquels se rajoutent quelques petites touches électro. Si la beauté du titre ne suffisait pas, le clip met en scène Cillian Murphy, acteur irlandais au regard magnétique.

A l’exception de Turn The Skies Of Blue On, petite ballade folk de 2 minutes, Fionn Regan semble avoir délaissé un temps le combo guitare/voix pour une production qui lorgne doucement vers la pop (Cape Of Diamonds, Book Of The Moon) ou le rock (Babushka-Yai Ya).

Doté d’un sublime timbre de voix, l’irlandais se fait délicat sur Wall of Silver et Euphoria avant de nous offrir une fin en apothéose avec le synth-pop Up IntoThe Rafters et ses aigus quasi lyriques.

Connasse musicale