ITW – Alex Cameron & Roy Molloy

sorti des tuyaux le 3 septembre 2017


Un charisme dévastateur, une voix et un look de crooner… Alex Cameron est devenu en l’espace d’une année notre chouchou et les occasions (ici et ici) n’ont pas manqué de vanter le génie de l’Australien.

Un an après la réédition de Jumping The Shark par le label Secretly Canadian, Alex Cameron s’apprête à dévoiler ce vendredi Forced Witness, un second album composé de 10 titres pop aux refrains entêtants sur lequels il n’a pas hésité à convier sa bande de potes : Angel Olsen, Jonathan Rado (Foxygen), Weyes Blood, Brandon Flowers (The Killers) ou bien encore son compatriote Kirin J Callinan. Epaulé par son éternel business partner, le saxophoniste Roy Malloy, l’Australien a troqué ses histoires de losers pour celles de lovers et le résultat est tout aussi réussi. Mention spéciale d’ailleurs à Country Figs, Runnin’ Outta Luck, Politics Of Love et Stranger’s Kiss.

Profitant de son passage sur Paris dans le cadre du festival We Love Green, la photographe Michela Cuccagna et moi-même avons retrouvé Alex Cameron, 10 mois après notre première interview, et cette fois-ci Roy Molloy s’est joint à nous, pour notre plus grand plaisir!

 

Click here for the English version.

 

Alex Cameron and Roy

 

La première fois que nous nous sommes rencontrés, nous avons parlé de la nécessité de l’échec mais j’ai l’impression que cette année a plutôt été un succès pour vous !

Alex Cameron: Oui, on a pas mal bossé!

 

Alex Cameron and RoyVous avez passé les trois dernières années à promouvoir Jumping The Shark mais vous êtes sur le point de sortir un nouvel album, Forced Witness. Je l’ai trouvé musicalement plus entraînant et lumineux que le précédent mais les paroles sont toujours aussi sombres et un peu ironiques.

Alex: Je pense que s’il y a de l’ironie, c’est seulement dans le contraste entre le sujet des paroles et la mélodie. Je n’écris pas ironie. Je parlerais plutôt de tragédies.

 

Alex, tu as toi-même rédigé le communiqué de presse présentant l’album et tu parles de crimes de passion et victimes de l’amour. D’une certaine manière, on peut dire que tu es passé du loser au lover. Il n’y a qu’une lettre entre les deux !

Alex : Oui, c’est vrai! (rire) J’avance progressivement! Quelle est la prochaine étape?

Roy : Il va falloir qu’on y pense!

Alex : Lobsters? [les homards]

Roy : Ce sont des créatures fascinantes.

Alex: Une de mes ex avaient pour habitude de m’appeler le “homard” parce que j’avais des sortes de moustaches qui me poussaient sur les joues si je ne me rasais pas ! En fait, j’avais l’air d’un crustacé quand je l’ai rencontrée… Pour revenir à ta question, la tragédie de l’amour, son déclin entre deux êtres et le sens d’isolement qui en découle m’a fasciné. Je pense aussi qu’en tant qu’homme, j’essaie constamment de comprendre les femmes… Elles me laissent perplexe mais d’une manière très positive donc j’ai pensé que la seule chose que je pouvais offrir dans mes paroles était justement d’essayer de représenter différents personnages à différents moments de leur vie d’un point de vue masculin. Certains sont cruels et durs, d’autres sont des salauds mais je souhaitais souligner pourquoi ils étaient amenés à se conduire de manière si tragique et parfois monstrueuse. Et puis, je voulais aussi développer cette idée de romance, d’amour, de sexe, etc…

 

Mais finalement, votre plus belle histoire d’amour c’est votre amitié!

Alex: (rires)

Roy: Je suis très mal à l’aise.

Alex parle toujours de tes cheveux !

Alex: Mais il a des cheveux magnifiques! J’aimerais avoir les mêmes !

Depuis combien de temps êtes-vous amis ?

Roy: Depuis très longtemps, quand nous avions 5 ou 6 ans. J’ai emménagé à côté de lui. De toute évidence, nous avons été ennemis pendant une longue période.

Alex: Des rivaux.

Roy: Des rivaux, des amis, des collègues et maintenant nous sommes collaborateurs.

Alex: Nous avons travaillé ensemble dans une pizzeria. Roy s’occupait de la livraison et j’étais au four à cuire la pâte ce qui était assez gênant puisque je suis allergique au gluten. J’essayais toujours de m’écarter un maximum des pizzas.

Roy: Je me rappelle qu’à la fin du service, on nous donnait une pizza et les propriétaires obligeaient Alex à payer 2,50$ en plus pour qu’il puisse en avoir une sans gluten !

Alex: Je rentrais chaque soir chez moi avec cette pizza en étant de plus en plus écœuré. Cette pizzeria était une horreur!

Alex Cameron and Roy

 

En parlant d’amitié justement, il y a un duo avec Angel Olsen sur ce nouvel album. Avez-vous composé Stranger’s Kiss ensemble?

Alex: Chacun y a mis un peu de soi. J’ai demandé à Angel si elle voulait participer à l’album et elle était vraiment partante. On a réussi à se retrouver en même temps à Los Angeles donc le timing était parfait.

Roy: C’était une journée splendide!

Alex: Ce que j’adore chez Angel et que l’on retrouve sur cette chanson, c’est sa capacité à décrire ou incarner des personnages d’une manière à la fois puissante mais également délicate.

 

Il me semble qu’Angel Olsen n’est pas la seule artiste invitée sur cet album.

Alex: Oui, tu veux savoir qui?

Roy: Les gens sont peut-être curieux de le savoir.

Alex: Il y a Natalie Mering que l’on connait plus sous son nom de scène, Weyes Blood, et Jackie Cohen. C’est une chanteuse et une excellente parolière de Los Angeles qui travaille aussi avec Foxygen.

 

Alex Cameron and RoyPuisque nous sommes sur un festival, j’aimerais connaître votre meilleur souvenir, que ce soit en tant qu’artiste ou festivalier.

Alex: Un jour j’ai pris de l’ecstasy coupé avec de l’héroïne en festival, je planais à 100.

Roy: Les festivals sont très différents en Australie. Quand on était gosse, les festivals étaient plein de poussière, il faisait toujours hyper chaud et il y avait généralement beaucoup de drogues.

Alex: Il fait facilement 12 degrés de plus qu’ici. Les gens regardent des groupes comme Limp Bizkit alors qu’il fait plus de 40° et donc en général le public préfère vite oublier ce qu’il s’est passé.

Roy: Une expérience m’a marqué. Je suis allé à un festival pour le 31 décembre et une femme qui, à l’époque, je pensais être l’amour de ma vie m’a abandonné et j’ai donc pris du LSD et d’autres trucs. Quand je me suis réveillé le matin, la tente dans laquelle je dormais s’était écroulée sur moi. Le soleil tapait fort, je ne sais pas combien il faisait mais je pensais mourir.

Alex: Tu as oublié le varan!

Roy: Mais oui! J’ai vu un putain de varan! Il rampait vers une poubelle et je ne suis jamais senti aussi proche d’un être vivant que ce jour-là.  (rires)

 

Nous avons déjà joué au jeu des paroles donc je vous propose de conclure cette interview avec votre playlist idéale. Quelle est votre chanson d’amour préférée ?

Roy: C’est la deuxième fois que je donne cette réponse, Sorrow de David Bowie. Cette chanson réussit à capter ce sentiment d’avoir envie de mourir parce qu’on est fou amoureux.

Quelle est la meilleure chanson de rupture ?

Alex: Wide Open Road de The Triffids.

Quel est le titre idéal le matin au réveil ?

Roy: Là, il te faut un truc rock à la radio. Je choisirais probablement ACDC pour ça.

Et si vous deviez écouter une chanson pour vous endormir ?

Alex: Une des miennes en fait! Je les connais dans le moindre détail donc il y a une espèce de routine.

La chanson qui vous donne envie de danser ?

Roy: C’est plus délicat… si tu penses à quelque chose Alex, n’hésite pas.

Alex: C’est quoi le titre que tu mets toujours?

Roy: Glittering Prize by Simple Minds! Cette chanson me rend dingue.

Pour finir, quelle est votre chanson française préférée ?

Alex et Roy: Aou cha-cha-cha! C’est quoi le titre déjà ?

L’Amour à La Plage?!

Alex: C’est ça! La première fois qu’on l’a entendue, on était en voiture, on revenait à Paris après un festival avec des amis français et la chanson est passée à la radio. C’était génial !

 

Alex Cameron se produira à la Gaîté Lyrique le samedi 25/11 dans le cadre des Inrocks Festival

Mes remerciements à Alex Cameron et Roy Molloy ainsi qu’à Agnieszka du label Secretly Canadian. Merci également à Emilien pour son aide à We Love Green et Michela Cuccagna pour ses photos.

Connasse musicale