Lunallena 2017, le débrief

sorti des tuyaux le 8 août 2017


Après un weekend réparateur, place au débriefing de cette première soirée passée au Lunallena, nouveau venu dans le paysage des festivals estivaux.

Si la commune de Bandol est déjà renommée pour ses plages et son rosé, il faudra à présent compter sur son festival d’été dont la première édition s’est déroulée ce week-end à deux pas du port. A l’opposé des mastodons parisiens, Nice-Matin et Var-Matin, organisateurs du Lunallena, avaient opté pour un festival à taille humaine, à la promotion somme toute très discrète (peut-être un peu trop !) et à l’organisation thématique : une soirée world music/ rap / r&b et une suivante consacrée à l’électro / pop / rock.

18033004_1227691284019190_6012150304289016152_n

Bandol étant chaque année mon QG estival, l’occasion était trop belle de profiter d’un événement musical à domicile, d’autant plus quand Phoenix, Two Door Cinema Club ou encore Cocoon sont de la partie !

Celui qui n’était en revanche pas prévu au programme, c’est ce satané Mistral ! Après 1h30 d’incertitude quant au maintien du festival, c’est finalement avec l’accord des autorités que les premiers festivaliers foulent la pelouse (protégée !) du Stade André Deferrari et découvrent pour commencer la pop chaleureuse du quatuor The Kitchies. Un set rafraîchissant pour les « rayonnants » Niçois, de quoi tempérer un peu la mauvaise humeur des festivaliers les plus impatients.

Une publication partagée par Sophie (@sophiemazar) le

Place ensuite à la folk de Cocoon pour un coucher de soleil tout en douceur. Vultures, I Can’t Wait, On My Way, Mark Daumail et ses très charmantes comparses enchaînent les titres avant de reprendre City of Stars, titre emblématique de La La Land.

Une publication partagée par Sophie (@sophiemazar) le

C’est à la tombée de la nuit que Two Door Cinema Club entrent en scène et quelle entrée ! Après 10 ans d’existence et 3 albums à leur actif, les nord-irlandais semblent avoir étoffé leur jeu de scène et leurs compositions. Si les tubes de leurs débuts et leurs riffs dynamiques sont toujours aussi efficaces (What You Know, Something Good Can Work), le trio peut à présent compter sur des titres nettement plus groovy et moins juvéniles ( Bad Decisions, Are We Ready ? Wreck)

Une publication partagée par Sophie (@sophiemazar) le

Une publication partagée par Sophie (@sophiemazar) le

Si Two Door Cinema Club nous en a mis plein les yeux avec leurs scénographie, force est de constater que celle de Phoenix est pour le moins épurée : quelques éclairages, beaucoup de fumée et un simple petit cœur, symbole de leur nouvel album… Une déception finalement pardonnée lorsque Thomas Mars avoue au public que le mistral a contrecarré leurs plans. Lisztomania, If I Ever Feel Better, Entertainment… soyons honnête, les anciens titres remportent un plus grand succès que les tout récents Ti Amo ou J-Boy mais le quatuor versaillais ne s’économise pas !

Une publication partagée par Sophie (@sophiemazar) le

Une publication partagée par Sophie (@sophiemazar) le

Il est déjà 1H30 du matin lorsque Pascal Arbez-Nicolas, alias Vitalic s’installe aux platines pour conclure cette soirée mais après une semaine de chaleur caniculaire, c’est au son des cigales que je choisis de rejoindre Morphée !

Au final, cette première édition du Lunallena a rempli son objectif ; offrir au public du sud-est un festival à la fois intimiste et de qualité. Seul bémol, l’organisation de la buvette mais même certains festivals vétérans parisiens ne gèrent pas encore ce problème 😊

Connasse musicale