MaMa Festival 2017, le débrief

sorti des tuyaux le 24 octobre 2017


Retour aujourd’hui sur mes coups de cœur du MaMa Festival, événement musical itinérant qui, pour sa 8ème édition, a encore fait vibrer Pigalle et Montmartre du 18 au 20 octobre.

Départ en vacances oblige, c’est finalement sur deux jours et non trois que j’ai traîné mes baskets oreilles de salle en salle, profitant de la pléiade de concerts proposés dans le quartier.

 

slide

 

 

Mercredi

Début de soirée avec le trio Woman à La Boule Noire qui a interprété ce soir-là les titres de son premier album, Happy Freedom. Faisant fi des éventuels problèmes techniques, les trois musiciens originaires de Cologne ont charmé les premiers festivaliers par leur énergie communicative et leur « peace pop ».

 

Une publication partagée par Sophie (@sophiemazar) le

 

N’ayant pas anticipé que Le Carmen afficherait vite complet, c’est avec une petite déception que j’ai dû tirer un trait sur la prestation de la Suissesse Flèche Love. Qu’à cela ne tienne, j’étais à présent à deux pas du Bus Palladium, prête à ne rater aucune miette du concert de Klangstof !

 

IMG_3926

IMG_3947

 

L’Avant-Garde Pitchfork en octobre dernier, une première partie de Jagwar Ma en mars, le quatuor commence à bien connaître notre chère capitale mais c’est étrangement face à un public assez réduit que les Hollandais ont fait leur retour, victimes probables du succès d’Eddy De Pretto. Koen Van der Wardt, chanteur et leader du groupe, a beau nous confier être diminué par un reste de grippe, sa voix reste magistrale. Le rendez-vous est pris pour les retrouver le 22 novembre au Pop-Up du Label !

 

Une publication partagée par Sophie (@sophiemazar) le

 

Bien plus intriguée par les tenues de scène des Montréalais de Paupière que par leur musique, c’est vers La Machine du Moulin Rouge que j’ai décidé de poursuivre mes pérégrinations musicales. Direction La Chaufferie pour découvrir le set de la Parisienne Chieko qui, en dépit de sa fraîcheur et de ses lignes mélodiques, n’a su réussir à s’imposer, littéralement emmurée derrière ses platines.

 

IMG_3966

IMG_3971

 

C’est finalement au Backstage By The Mill que se termine ce premier soir au MaMa Festival avec Theo Lawrence & The Hearts. Mené par le jeune homme de 21 ans, le groupe soul/rock a littéralement enflammé cette fin de soirée.

 

IMG_3983

 


Jeudi

N’ayant pu me libérer assez tôt pour le concert de DELV!S à La Boule Noire, c’est au Bus Palladium avec la synthpop aérienne du français Malik Djoudi que j’ai débuté ce second soir. Connan Mockasin pour la voix, James Blake pour l’univers, autant avouer que les comparaisons sont plutôt flatteuses mais c’est bien en français que le Poitevin a envoûté son public.

 

Une publication partagée par Sophie (@sophiemazar) le

 

Un concert qui sera malheureusement écourté pour m’assurer une place pour le set de Geoffroy au Carmen et ne pas revivre ainsi le fiasco de la veille ! Sans pour autant parler de coup de cœur, l’électro downtempo du Montréalais a été une jolie découverte, bien plus dans mes cordes que le rock alternatif des Belges de Millionaire

 

IMG_4013

 

Une pause repas plus tard, c’est avec l’impeccable line-up de La Machine du Moulin Rouge que j’ai poursuivi ma soirée et ainsi été à la fois au four à la Chaufferie et au moulin. Difficile de choisir donc autant passer de l’un à l’autre, alternant entre l’électro-pop planante de Blow et la claque son et lumières de Leska, duo composé de Les Gordon et Douchka.

 

2017-10-19 22.28.11

 

Une publication partagée par Sophie (@sophiemazar) le

 

Enfin, c’est avec Meute, la plus hype des fanfares que s’est achevé mon second soir au MaMa. Du Parc des Expos des Transmusicales à La Machine du Rouge en passant par la place du marché de Rennes, le techno marching band n’a de cesse de m’impressionner !  Mention spéciale au « go low » monumental !

 

Une publication partagée par Sophie (@sophiemazar) le

 

Un grand merci à Cécile Legros et Victoria Levisse pour ces deux soirs au MaMa Festival.

Connasse musicale