Mount Kimbie – Love What Survives

sorti des tuyaux le 8 septembre 2017


Étiquetté “précurseur du post-dubstep” depuis la sortie de Crooks & Lovers en 2010, le duo Mount Kimbie n’a depuis de cesse de se détacher de cette filiation finalement vague et restrictive à la fois.

mount-kimbie-20131

Un tempo plus lent, une instrumentation plus organique et davantage de chant, Cold Spring Fault Less Youth annonçait déjà un changement en 2013 avec notamment en featuring un rouquin de 19 ans à peine à la voix atypique… King Krule.

4 ans plus tard, c’est avec un nouvel album, Love What Survives, et encore une fois accompagné du prodige londonien que Dom Maker et Kai Campos font leur retour, lui offrant pour l’occasion un titre coup de poing à la hauteur de sa voix rocailleuse et enragée.

Une vélocité d’inspiration punk/rock d’ailleurs instaurée dès l’ouverture de l’album avec Four Years and One Day où un martellement de batterie et des distorsions de guitares s’imposent progressivement face aux habituels synthés mais également Delta et son rythme lancinant et survolté.

Alors que  King Krule assurait seul les deux featurings de l’album précédent, le jeune homme partage cette fois-ci son micro avec trois autres artistes proches du duo britannique ; l’ovni Micachu, la collaboratrice Andrea Balency qui les accompagne sur scène depuis 2016 et James Blake, l’ami des débuts auquel les anglais ont d’ailleurs confié deux titres.

Interprété par la franco-mexicaine Andrea Balency, You Look Certain (I’m Not Sure) fonctionne plutôt bien sans pour autant se démarquer, tandis que We Go Home Together et How We Got By restent fidèles à l’univers électro/soul du chanteur anglais. C’est finalement Mica Levi (aka Micachu) qui s’illustre le plus sur cet album, prêtant sa voix unique à Marilyn, petit bijou à la délicatesse bancale.

Connasse musicale